Optimisation

Pour établir la qualification d’un processus il est nécessaire d’en définir au préalable le périmètre ainsi que les exigences déterminant son bon fonctionnement.

C’est un ouvrage parfois long qui implique de prendre du recul par rapport aux actions engendrées par le dit processus.

Je ne vais pas ici énumérer toutes les caractéristiques d’une multitude de processus qui nous impacte au quotidien, non plus ceux qui sont plus éphémères et d’autant moins ceux qui sont à venir. La tâche serait impossible, bien qu’il existe des modèles qui ont fait plus ou moins leurs preuves et qui pourraient être cités. On les voit apparaître dans la variété de méthodologies opérantes dans nos structures d’entreprises ou structures sociétales de tous ordres.

Il y aurait pourtant bien un point commun entre tous ces processus et leur définition… qu’il me paraît nécessaire de mentionner.

Nous pouvons bien sûr établir qu’ils s’inscrivent tous dans le temps et qu’ils objectivent un support de structuration d’une activité, mais ce n’est pas le point que je veux aborder.

Tous ont un début et une fin… quoique certains voudraient qu’ils demeurent à jamais un état de fait, une continuité intrinsèque du réel…

D’abord il y a une fin car bien souvent les processus sont cycliques et qu’à une fin de cycle correspond un début amené, que les dispositions en fin de cycle prépare souvent le démarrage du cycle suivant. Certains processus prévoient la terminaison allant vers la destruction du processus dans des conditions optimales (selon des critères parfois discutable)

Bref tout ces appareils méthodologiques fournissent un haut niveau de rendement, du moins c’est leur objectif et de plus en plus sont désormais dotés d’un mécanisme évolutif afin d’améliorer encore les rendement ou de résister aux failles… Mais très peu propose de pratiquer une respiration.

Je m’explique…

Les processus démarrés sont fait pour être continues, ils ont en héritage l’ADN capitaliste qui font de ces processus les maîtres des horloges, toujours plus rentables et efficaces, ils n’ont pas pour vocation à s’arrêter.

Malheureusement si la mécanique s’enraille il est bien souvent difficile de l’arrêter et les pertes sont parfois gigantesques, souvent on laisse même le processus pourrir après avoir pourtant vérifier son inefficacité, et entraîner les différents dommages collatéraux se poursuivants jusqu’au rejet total. Un peu à la manière de gangrènes ou cancers…

La suite ?

14 réponses sur “Optimisation”

  1. Ping : viagra 75mg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *